Madère en pratique

Comment y aller ?

En avion :  Depuis la Belgique, il y a quelques vols par semaine qui sont en ligne direct, notamment avec Ryanair. Pour ma part, j’évite cette compagnie aérienne car à chaque fois que je voyage avec eux, je me dit que c’est la dernière fois de ma vie. Pour ma part, j’ai pris un vol avec TAP, la compagnie nationale du Portugal. J’avais une escale de moins de 2h à Lisbonne.

Quelle période?

Madère est connue pour être l’île à l’éternel printemps. Et d’après ce que j’ai lu, toutes les périodes de l’année sont bonnes. Pour ma part, je suis partie fin avril et c’était top. Les températures étaient entre 18 et 22 degrés, de jour comme de nuit. Et il a fait très beau.

Visa : Madère appartient au Portugal. Ce dernier fait partie de l’Union Européenne. La carte d’identité suffit pour les ressortissants européens.

Monnaie : Euro

Mode de paiement : Par carte ou en cash, cela dépend des endroits même si la plupart des restaurants accepte la carte sans problème. Les taxis, par contre, ne prennent que le cash. Et dans certaines boutiques, le cash était préféré.

Internet : Comme c’est un pays européen, vous disposez du roaming qui permet d’utiliser votre abonnement belge dans les mêmes conditions qu’en Belgique. Pratique. 🙂

Électricité : C’est la même chose qu’en Belgique. Pas besoin d’adaptateur.

Sécurité : C’est un pays où on se sent en sécurité. Après comme partout, il est bien d’appliquer les règles élémentaires de sécurité. Mais comme voyageuse solo, je n’ai aucune histoire louche à raconter 🙂

Conduite : Lors de mon séjour à Madère, j’ai loué une voiture via Rentalcar, le booking de la location de voiture, avec Madeira Rent, une compagnie locale. Cela s’est très bien passé. J’ai récupéré une Volkgswagen, T-Cross. Un peu plus gros qu’une citadine mais pas trop gros non plus. J’avais lu beaucoup de choses sur la conduite à Madère et sur les rues en forte pentes et étroites. Je dois avouer que je partais avec beaucoup d’appréhensions à ce sujet. Et finalement, les routes ne m’ont pas parues être une difficulté particulière. Il est vrai que Madère n’est pas une île plate. On n’est pas au Pays-Bas ou au Danemark. Cela ressemble plus à des routes que vous pouvez croiser en Suisse ou dans les Alpes. Il faut donc maitriser le démarrage en côte ou alors prendre une automatique. Pour ma part, je ne conduis que des automatiques. A noter que dans Funchal les ruelles sont étroites mais si vous prenez un hôtel bien situé, vous n’êtes pas obligé de vraiment circuler dans Funchal. Tout peut se faire à pied.

Laisser un commentaire